Un rapprochement avec l’Union européenne

Un rapprochement avec l’Union européenne

Par les temps qui courent, la classe politique est tétanisée par l’UDC et n’ose plus aborder la question de notre participation aux institutions européennes. Il s’agit pourtant de l’un des enjeux majeurs de ces prochaines années. A l’image du nucléaire, il n’est jamais bon de s’abstenir de décider en attendant la prochaine crise. « Mieux vaut prévenir que guérir », dit le dicton populaire. Nous en sommes décidément bien éloignés. Car c’est un fait aujourd’hui : notre législation est en très grande partie directement inspirée du droit européen. Nous reprenons cet acquis sans avoir notre mot à dire lors de son élaboration ; la voie bilatérale devient de plus en plus complexe et difficile à manœuvrer. Notre isolement politique sur la scène internationale pourrait nous coûter très cher, à l’image des déboires dans l’affaire libyenne ou des pathétiques manœuvres du Conseil fédéral pour conserver ce qu’il reste du secret bancaire.

Je veux que la Suisse occupe la place qui lui revient sur la scène politique européenne. Dans ce but, elle doit impérativement (re)mettre le sujet d’une adhésion à l’UE à l’ordre du jour, sans tabou et sans craintes d’un prétendu revers électoral. Et je rêve d’une Europe qui, en plus d’être un formidable moteur de paix et de défense des droits fondamentaux, soit également un moteur de changement pour la transformation écologique et sociale dont nous avons besoin. En France, les Verts s’appellent depuis peu Europe écologie-Les Verts. Ce n’est pas pour rien. Les Verts doivent être porteurs d’une vision transnationale des défis à relever pour le futur de la planète.

Voir à ce sujet l’émission de la TSR Infrarouge à laquelle j’ai participé (Infrarouge du 21 juin 2011)

Publicités

Articles récents

Stop mitage: pourquoi ce Röstigraben « inversé »?

Les sondages indiquent que l’initiative « Stop mitage » des Jeunes Verts soumise au vote le 10 février prochain serait nettement acceptée en Suisse allemande, alors que la Suisse romande se montrerait moins enthousiaste. Traditionnellement – encore récemment avec l’initiative des Verts pour des aliments équitables – la Suisse romande se montre pourtant globalement plus progressiste et plus encline à soutenir des textes émanant des milieux écologistes. Comment donc expliquer ce Röstigraben « inversé » qui pourrait bien se manifester dans les urnes? Lire la suite

  1. Affaire Maudet: ces procès-verbaux d’auditions qui fuitent Laisser une réponse
  2. Congé paternité: de l’espoir à l’horizon! Laisser une réponse
  3. Vert des villes, Vert des champs Laisser une réponse
  4. La justice est-elle politique? Laisser une réponse
  5. Esprit réformé et postmodernité : redonner un nouveau souffle Laisser une réponse
  6. L’Europe vacilla, puis vint Magnette Laisser une réponse
  7. La burqa, Martine et la fin de la récréation Laisser une réponse
  8. Une législature difficile s’annonce… Laisser une réponse
  9. Criminalité: la technologie comme panacée? Laisser une réponse