Messieurs du Centre patronal, vous déconnez grave!

L’impertinence, me semble-t-il, est ce qui sied le mieux à votre arrogance. Alors pardonnez-moi l’accroche impertinente de cette lettre ouverte. Les salutations exclusivement masculines ne font pas partie de l’impertinence, soit dit en passant; je me conforme simplement à la réalité (7 hommes à la Direction du Centre patronal, pour 0 femmes, j’ai vérifié, à 23h01 ce 15 avril 2020, sur votre site internet). A dire vrai, la seconde partie de l’accroche, où il est question, en des termes peu châtiés certes, des inepties que vous proférez, mérite à peine le qualificatif d’impertinent tant elle est inoffensive… Mais là, je pressens que vous ne serez plus d’accordContinuer à lire … « Messieurs du Centre patronal, vous déconnez grave! »