Voter « pour les nuls »

Le système électoral est complexe et il peut être difficile de s’y retrouver. L’élection des 21 députés vaudois aux Chambres fédérales obéit à une mécanique bien huilée mais assez fine. Petit mode d’emploi pour comprendre comment voter… et ne pas perdre ses voix par erreur.1) SOUTENIR AU MIEUX LES VERTS

Si vous souhaitez soutenir les Verts, il est très important d’utiliser le bulletin électoral intitulé « Les Vert·e·s – Mouvement écologiste vaudois » tant pour le Conseil des Etats (liste no 4) que pour le Conseil national (liste no 14), et ceci même si vous désirez ajouter quelques candidats d’autres partis sur ce bulletin. Cela vaut évidemment aussi pour les Jeunes Vert·e·s au Conseil national (liste no 16).

Avec le système d’élection à la proportionnelle (Conseil national), un bulletin vert déposé dans l’urne donne 19 voix aux Verts ; un nom vert ajouté sur une liste d’un autre parti ne donne qu’une seule voix aux Verts!

2) ELECTIONS AU CONSEIL NATIONAL

C’est un scrutin dit « proportionnel ». C’est la force électorale des partis qui détermine le nombre de sièges auxquels ils ont droit. Pour savoir ensuite quels candidats obtiennent ces sièges, on regarde le « classement » de ces candidats à l’intérieur de la liste du parti.

  • Il est permis de biffer un candidat
  • Il est permis de doubler vos candidats préférés (« cumuler »), à la condition qu’au total il n’y ait pas plus de 19 noms sur la liste, ce qui implique donc de biffer d’autres candidats pour compenser. Attention, on ne peut donner que deux voix au maximum à chaque candidat.
  • Il est permis d’ajouter un candidat d’une autre liste (« panacher »). Mais toute voix qui va ailleurs vient en déduction des 19 voix par bulletin attribuées aux Verts. Exemple: si vous votez le bulletin vert et ajoutez 5 candidats PLR, les Verts n’obtiennent plus que 14 voix et le PLR en obtiennent 5; donc à éviter autant que possible 😉

3) ELECTION AU CONSEIL DES ETATS

C’est un scrutin dit « majoritaire ». C’est le nombre de voix obtenu par chaque candidat individuellement qui est déterminant. Le meilleur moyen de soutenir les Verts est de voter la liste « Les Verts – mouvement écologiste vaudois » sans changement.

  • Il n’est pas permis de doubler un candidat (« cumul interdit »)
  • Il est permis de biffer un candidat
  • Si l’on biffe un candidat, il est alors permis d’ajouter un candidat d’une autre liste (mais toute voix qui va à un candidat qui n’est pas sur la liste verte renforce évidemment « l’adversaire » et diminue donc indirectement les chances d’Adèle Thorens Goumaz et Ada Marra)

4) APPARENTEMENT

L’apparentement est un mécanisme assez complexe qui peut jouer un rôle pour l’attribution du « dernier » siège. Admettons que chaque tranche de 5000 voix reçues par un parti donne droit à un siège et qu’il y a 11 sièges en jeu (calcul fictif). C’est un exemple au hasard, le nombre de voix nécessaire pour obtenir un siège est bien évidemment différent pour chaque élection en fonction de la taille du Conseil, de la population, etc.

Prenons les chiffres suivants (résultats fictifs d’une élection):

  • Verts 13’000 voix
  • PS 22’500 voix
  • Radicaux: 11’000 voix
  • Libéraux: 14’000 voix

Sans apparentement:

  • Sièges par tranche de 5000 voix: Verts 2, PS 4, PRD 2, Lib 2.
  • Le dernier siège est attribué à celui qui a le plus grand reste: les libéraux obtiendront le dernier siège (leur reste est de 4000, car quand on enlève leurs deux sièges à 5000, il reste 4000)

Avec apparentements Verts-PS, d’une part, et PRD-LIB, d’autre part:

  • Sièges par tranche de 5000 voix: Verts 2, PS 4, PRD 2, Lib 2.
  • Pour le dernier siège: on additionne les restes des partis apparentés (reste Verts-PS=3000+2500=5500; reste PRD-LIB=1000+4000=5000). Le groupe qui a le plus grand reste obtient le siège -> ici siège va au groupe PS-Verts
  • Pour savoir quel parti au sein du groupe apparenté reçoit le siège, on regarde lequel des partis du groupe apparenté a le plus grand reste: ici, le siège revient aux Verts.

Il est utile de s’apparenter avec les partis alliés pour ne pas perdre « bêtement » un siège lorsqu’on totalise ensemble le « plus gros reste ».

Pour l’électeur, il n’y a rien de spécial à indiquer sur le bulletin de vote pour les apparentements, qui sont décidés en amont par les partis.

Mais ce qu’il faut surtout retenir: n’oubliez pas d’aller voter, et si possible la liste verte!

Publicités

Une réflexion sur « Voter « pour les nuls » »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s