L’agriculture au coeur de l’enjeu du siècle

À l’image des débats sur la biodiversité ou de la discussion sur l’initiative contre les pesticides de synthèse, certains s’interrogent au sein du monde paysan face à la montée des exigences en matière environnementale. Opposer agriculture nourricière, d’une part, et protection du climat et de la biodiversité, d’autre part, nous mène à l’impasse. Préserver durablement les conditions de la vie sur terre est un défi commun à toute l’humanité. L’agriculture doit en être l’un des ingrédients principaux. Mais pour ce faire, la Confédération doit poser des conditions-cadres favorables (article publié dans 24 heures du 5 juin 2019).

Or, ces dernières années, on a fait (presque) tout faux avec la paysannerie. À l’ère de Johann Schneider-Ammann, on a poursuivi sur le chemin de la libéralisation effrénée. L’agriculteur suisse ne peut pourtant pas être concurrentiel face à des produits étrangers soumis à des standards environnementaux et sociaux bien moins sévères. On n’arrive toujours pas en Suisse à payer 1 fr. par litre de lait aux producteurs, au motif que la rentabilité économique des fermes laitières n’est pas assurée. L’introduction du principe du Cassis de Dijon n’a pas amené les bénéfices escomptés pour les consommateurs, tout en ajoutant une pression supplémentaire sur les paysans. Les distributeurs, eux, n’ont pas vergogne à se réserver de belles marges.

Dans un autre registre, la Confédération a bloqué le financement d’un grand nombre de projets ambitieux de panneaux solaires en zone agricole (système de la rétribution à prix coûtant, RPC), freinant l’enthousiasme de ceux qui avaient investi dans une source d’énergie renouvelable. Enfin, last but not least, les changements de la fiscalité agricole, ensuite du tristement célèbre arrêt du Tribunal fédéral de 2011, ont plongé dans une immense incertitude les familles paysannes. En rendant plus difficiles la transmission des domaines et la valorisation des terres, la nouvelle fiscalité a donné un coup de massue supplémentaire à un secteur déjà fragile.

On voit fleurir des initiatives fantastiques favorisant l’essor d’une agriculture de proximité: coopératives, points de vente à la ferme, autocueillette de fruits de saison, marchés de produits du terroir, développement du bio, agritourisme, etc. Ces paysans ne doivent pas être freinés dans leur élan. Il faut savoir ce que l’on se veut! Veut-on des fraises d’Espagne au milieu de l’hiver et de la viande d’autres continents sur nos étals, avec en parallèle une paysannerie suisse qui tire la langue?

Comme habitant de la campagne et pour avoir suivi depuis plusieurs années au Grand Conseil le dossier douloureux de la fiscalité agricole, je mesure la dureté des conditions dans lesquelles évolue l’agriculture. Il est temps de changer de perspective: en échange des efforts que l’agriculture fournit pour la planète, la Confédération doit lui assurer une certaine protection et des conditions de travail dignes. C’est ainsi que notre pays pourra être à la hauteur de l’enjeu du siècle.

Publicités

2 réflexions sur « L’agriculture au coeur de l’enjeu du siècle »

  1. Salut,
    Bon article , mais …

    Ø Langage épicène, 3ème ligne « certains » (le seul) . L’effort en vaut la peine, à mon sens

    Et nous parlerons des discriminations contre les hommes, Ô oui, il y en a et des graves : la longévité plus courte, pour n’en citer qu’une, une autre fois !

    Ø Pas de critique sans action. J’aime beaucoup le fond de ton article. Le titre pose bien le problème. Vu que les écolos sont peu implantés en campagne (c’est peu dire) ta remarque sur ta localisation, ton appartenance est légitime, mais sur le fond elle était à peine nécessaire. L’énoncé se suffit.

    Ø Par contre, je trouve que tu passes trop loin des solutions, ou que ton article manque de propositions concrètes. Et très spécifiquement (ok, pas dans 24 heures, voire dans terre et nature….), en quoi ta candidature au CN permettra-t-elle d’améliorer la situation ? T’es en campagne, alors mouds ton grain (et allonge, non pas la sauce, mais ton article) ! A la limite revendique ou surtout propose, (là tu dénonces, non sans raisons, certes)…

    Ø A suivre !!!
    A plus,
    C

    [2019_vasa_conference-1024×682.jpg]

    Christophe Barbey
    Irénologue (activation et accomplissements de paix, théoricien et praticien en sciences de la paix), poète (cultivateur de sourires) et juriste (prévention, médiation et gestions de situations).
    L’ Étoile Enchantée
    Route des Siernes Picaz 46
    1659 Flendruz
    +41 (0)79 524 35 74

    Bureau de Genève
    C/° Centre John Knox
    27, ch. des Crêts-de-Prégny
    1218 Grand-Saconnex

    Pour mes activités poétiques: « Vivre en poésie: à la fleur du temps, fruits en gros », mon blog.
    Pour les activités dans le domaine de la paix
    Pour les pays qui n’ont pas d’armée
    Pour les activités juridiques et les médiations
    Pour la permanence romande pour les civilistes et les militaires
    Pour la représentation à l’ONU-Genève du « Centre pour un monde qui ne tue pas » http://www.nonkilling.org et des objecteurs aux budgets militaires http://www.cpti.ws
    Pour soutenir le travail pour le droit à la vie à l’ONU, notre crowdfunding.
    Pour des locations de chambres et locaux à la montagne, l’Étoile Enchantée

    « Si le monde est une œuvre humaine, alors il est grand temps de la réussir ! »

    1. Merci pour les remarques (qui apparaissent sous une forme bizarre, comme si un clavier étranger avait été utilisé). Pour le langage épicène, d’accord, même si je fais parfois des expressions avec certains mots pour ne pas alourdir, comme ici le mot « certains ». Pour les propositions concrètes, j’en aurais beaucoup… mais dans les 3000 signes impartis ici, c’est trop court! A suivre donc!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s