Vert des villes, Vert des champs

Ce n’est de loin pas la première fois qu’une initiative populaire des Verts fait un carton en Suisse romande alors qu’elle est refusée à l’échelon national. Ce qui est en revanche plus singulier, c’est le succès exceptionnel de l’initiative « pour des aliments équitables » (de même que l’initiative « pour la souveraineté alimentaire ») dans les campagnes romandes (en particulier vaudoise), et non uniquement dans les villes.

Les Verts font traditionnellement surtout des émules en ville, où la qualité de vie au quotidien est ressentie comme une priorité par beaucoup (lutte contre les nuisances, espaces verts, mobilité douce, urbanisme, etc.). Avec un sujet comme celui des votations de ce dimanche 23 septembre, on peut constater avec plaisir que l’alimentation saine, l’ancrage local et la valorisation des produits agricoles de proximité constituent des préoccupations très présentes sur tout le territoire, villes et campagnes confondues.

Les Verts s’attachent depuis de nombreuses années à défendre l’agriculture. Ils ont été pour ainsi dire les seuls à s’inquiéter il y a quelques années de l’introduction du principe du Cassis de Dijon en Suisse. Nombreux sont ceux qui se mordent les doigts aujourd’hui de ne pas avoir réagi plus tôt, avec les Verts, lorsqu’il était question de lancer le référendum. Avec le combat de Luc Recordon au Conseil des Etats dans le dossier de la fiscalité agricole, repris par le groupe de Verts au Grand Conseil vaudois, les Verts ont été les plus prompts à se soucier de la viabilité des exploitations agricoles. Avec l’initiative votée hier, les Verts ont lancé un débat indispensable pour l’avenir de notre agriculture et de notre alimentation.

Dans les campagnes, on voit fleurir des initiatives fantastiques favorisant le retour à l’agriculture de proximité : coopératives, points de vente à la ferme, autocueillette de fruits de saison, marchés de produits du terroir, agritourisme, etc. Ces démarches ne sont absolument pas réservées à une clientèle fortunée ; par ailleurs, elles vont de pair avec une réduction impressionnante des emballages plastiques et sont l’exact opposé de l’hyperconsommation à la mode américaine.

Comme « Vert des champs », habitant du Pied du Jura depuis bientôt 10 ans, je suis au quotidien impressionné par la créativité de nos agriculteurs. En terre vaudoise, certains des plus grands pourfendeurs des initiatives agricoles émanaient des rangs PLR, contre l’avis très majoritaire de la profession (agricole). Ont-ils seulement compris ce qui se joue dans les campagnes, dans leurs traditionnels bastions électoraux ?

Au-delà de la déception nationale, le résultat vaudois de ce week-end est un signe très réjouissant qui doit encourager les Verts de tout poil à continuer à lutter pour une agriculture de proximité, pour un retour aux produits de saison et contre la malbouffe et l’hyperconsommation. N’en déplaise à nos amis d’outre-Sarine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s