Lavaux: une initiative raisonnable et nécessaire

IMG_3104Dans l’arène politique, il est de bonne guerre de caricaturer la position de l’adversaire pour mieux la combattre. Un minimum de mesure s’impose toutefois. Certains opposants à « Sauver Lavaux III » n’hésitent plus à recourir à une rhétorique apocalyptique parant l’initiative de toutes les tares imaginables. A y regarder de plus près, c’est un constat évidemment plus nuancé qu’il convient de tirer avant de se faire son opinion. Revue de la question en quatre points qui font débat (publié dans 24heures du 28 avril 2014).

1. L’initiative ne menace nullement l’économie viticole, bien au contraire. Elle ne prévoit aucune modification significative des règles de construction en zone viticole. Ce qui peut y être construit aujourd’hui le sera toujours demain, pour permettre aux vignerons d’adapter leur outil de travail. Sur les trois dernières années, dans les communes du district de Lavaux-Oron, on décompte environ 400 demandes de permis de construire. Parmi celles-ci, une dizaine seulement concerne la zone viticole. Même si toutes les mises à l’enquête n’impliquent pas forcément des atteintes paysagères, cela donne une indication très éloquente de la pression immobilière qui frappe la région et qui n’a rien à voir avec la viticulture.

2. L’initiative s’en prend uniquement à l’extension de l’urbanisation et à ses excès. Pour mettre fin au bétonnage, elle limite les possibilités de faire passer des territoires viticoles en zone constructible. Ce faisant, l’initiative entend justement protéger la vigne et le paysage. L’engagement déterminé de certains milieux immobiliers dans la campagne en dit long sur les intérêts en jeu.

3. Le texte de l’initiative prévoit que les équipements d’utilité publique resteront admissibles dans le périmètre ; les initiants n’ont pas cessé d’insister sur ce point pendant la campagne, ce que les tribunaux prendront en compte en cas de recours. Le spectre d’un blocage complet de l’extension de l’Hôpital de Lavaux est ainsi mensonger, tout comme l’est l’idée qu’il ne sera plus jamais possible d’agrandir une école.

4. Le slogan selon lequel l’initiative reviendrait à « mettre Lavaux sous cloche » est insensé. C’est montrer bien peu de respect pour les habitants de la région qui peuvent au quotidien constater les menaces qui pèsent sur leur territoire et qui ont par exemple adopté à 80% (!) l’initiative Sauver Lavaux II en 2005, combattue en grande partie par les mêmes milieux avec les mêmes arguments.

Les deux premières initiatives populaires « Sauver Lavaux » (1977 et 2005), plébiscitées par la population, n’ont pas eu les effets que l’on était en droit d’attendre. Il suffit pour s’en convaincre de se promener dans la région, grignotée ces dernières années par l’urbanisation et défigurée en certains endroits par quelques villas de luxe. Pour que ce site exceptionnel ait enfin le statut qu’il mérite – et sans menacer le moins du monde ni la vigne ni les vignerons, tout au contraire – il ne faut pas hésiter à glisser un double OUI dans l’urne, en cochant la case « préférence pour l’initiative ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s